Archives de l’auteur : Marie

Qu’est ce que le chamanisme?

Ici, je ne rentrerais pas dans des explications anthropologiques, techniques ou ésotériques que vous pourrez retrouver dans de très bons livres dont je donne la référence ci-dessous. Je veux juste poser quelques mots afin de situer ma façon de voir « la chose »… 🙂 bien que l’essentiel est à vivre et à transmettre de vive voix, comme c’est la tradition depuis la nuit des temps…

Une tradition millénaire et universelle

Le chamanisme est une très ancienne façon qu’ont eu les êtres humains de se relier, à eux même, à leurs semblables, aux espèces vivant autour d’eux: animaux, végétaux, minéraux ainsi qu’à leur environnement direct: éléments de la nature et indirect: mondes invisibles, mondes des esprits/dieux.

chamanisme

Les peuples premiers sont la mémoire ancestrale vivante de cette façon de participer à l’équilibre du monde et de l’Univers.

Nous aussi, européens, sommes un peuple héritiers d’anciennes connaissances chamaniques. La mémoire est là, tapie, enfouie, brisée par l’histoire, mais elle est là. C’est une racine et une source commune à tous les peuples des continents de cette planète ; et nous pouvons nous y connecter et re-connecter en tant qu’humanité.

Nous sommes tous reliés

Le chamanisme demande avant toute chose une posture, un état d’être, une conscience particulière et exigeante: sa pratique invite l’être à devenir pleinement un humain incarné, avec un grand H, en amour et en harmonie avec tout ce qui Est, ce qui l’entoure, et d’exprimer la vie sous sa meilleure forme…

Toutes les choses du monde sont reliées les unes aux autres, tel la toile d’une grand-mère tisserande, Madame l’Araignée, s’étendant à l’infini.

toile

L’enseignement, la sagesse, et la reliance spirituelle vient de l’expérience directe avec cette toile dont nous faisons parti: des éléments de la nature, visible et invisible, des anciens, vivants ou en esprit qui connaissent un bout de chemin et racontent aux plus jeunes, …

Les gardiens de cette mémoire ont préservé jusqu’ici des pratiques visant à vivre et maintenir l’équilibre, sur le fil de Grand-Mère Araignée, et nous les communiquent aujourd’hui: rites initiatiques, rites de passage, états modifiés de conscience, transmission orale de la cosmovision, rites de guérison, …

C’est une voie où les facultés d’écoute humble, de sentir et de « danse » avec l’invisible autant qu’avec le visible vont permettre d’entrer en résonance avec le vivant en soi, afin de s’accorder, comme un instrument, à la musique du monde, puis, petit à petit, de contribuer à jouer l’harmonie.

Devenir un humain

C’est une voie dont nous nous sommes tenus éloignés depuis longtemps, peut-être depuis trop longtemps quand on écoute la musique du monde qui se joue actuellement et sa dis-harmonie…

Les peuples et esprits gardiens de notre mémoire ancestrale ont des choses à nous enseigner, à nous donner, pour que nous retrouvions nos racines humaines sur Terre, pour réaccorder notre instrument, et pour réapprendre à jouer la musique de l’Univers.

color-sound

Pour devenir des « vraies femmes » et des « vrais hommes ». Des Vrais Humains.

Alors si on écoutait humblement?

Si on sentait avec tout notre amour?

Et si on dansait!


Quelques livres:

Laurent Huguelit/Olivier Chambon – Le chamane et le psy

Michael Harner – La voie du chamane – Caverne et cosmos

Corine Sombrun – Mon initiation chez les chamanes

Luis Ansa/Henri Gougaud  Les sept plumes de l’aigle – Le secret de l’aigle – Les contes de l’aigle

Un pas vers l’auto-guérison

La guérison est un chemin

Un chemin de retour à Soi-même, à Ses fondamentaux, à ce qui nous rend Heureux, nous fait Vibrer et qui ancre notre corps, notre coeur et notre esprit dans l’état de paix et de joie de vivre, dans le moment présent.

chemin

La guérison est une voie où l’on s’ engage

Quand je prends cette initiative, quand je désire pleinement guérir, je reprends les rênes de mon existence, je fais le pas nécessaire à toute montée de marche de mon escalier personnel.

En prenant la décision de dire non, stop à ce que je ne désire plus, je dis oui au nouveau, à la création, même si cela est encore inconnu.

Quand je me mets à l’écoute et en accueil de ce que me souffle ma souffrance, telle qu’elle soit, cela peut être une douleur physique, des émotions tel que de la colère, de la frustration ou de la tristesse, des insatisfactions, une perte de repères intérieurs ou extérieurs,  des difficultés de toutes sortes qui me détourne de mon bonheur, j’agis déjà en faveur de la vie qui est en moi et j’agis vers elle en laissant faire, je prends conscience, et je me donnes l’opportunité de transformer cette souffrance en énergie vitale, en pouvoir créateur. C’est, à mon sens, ici que se trouve le processus d’auto-guérison. Le GAI-RIRE

rire

Dans ce processus, je reviens alors pleinement dans mon pouvoir personnel, Responsable, non dans le sens commun qui souvent nous fait penser que l’on a fait quelque chose de « mal », que l’on est coupable mais bien dans le sens que je suis garant à tout moment de moi même, de ma santé, de mes pensées, de mes choix, de mes actions, de ma réalité. à tout instant. Et pour toute chose qui se manifeste en moi ou à moi dans la vie, mon environnement…

Nous sommes le maitre à bord de notre évolution, de notre guérison et de notre rayonnement

Lorsque vous venez me rencontrer, je ne vous soigne pas. Je représente dans votre réalité cette part de vous qui souhaite évoluer, grandir, guérir, transformer ce qui ne vous convient plus vers ce qui vous souhaitez vivre et devenir.

Alors, en ouvrant cette porte pour vous même, vous me laissez vous sentir, vous voir et vous accompagner, vous aider à la traverser, la découvrir et avancer.

porte

Nous sommes l’eau, nous sommes les océans

Camille : Votre philosophie prône un retour à la « Terre nourricière ». Et l’eau dans tout ça ?Pierre Rabhi : Je suis, vous êtes, nous sommes tous de l’eau ! 65% de notre constitution est faite de cet élément sans lequel nous ne serions pas. Par ailleurs, l’eau est indissociable de la terre. La terre est fécondée par l’eau. Sans eau, nous ne pourrions pas faire de l’agriculture ; la terre ne pourrait nous nourrir ! De même, la chaleur et la lumière sont indispensables à la vie. Tous les éléments sont interconnectés et la vie tient sa force et sa pérennité de leur cohésion.Le grand problème de notre époque est que nous portons atteinte à cette cohérence et cette cohésion garantes de la vie. Par nos outrances et nos inconsciences, nous sommes en train de rompre les équilibres sur lesquels reposent les fondements de la nature et du vivant. Tout est lié. En empoisonnant la terre, nous polluons nos nappes phréatiques. En abreuvant la terre avec de l’eau impure, nous souillons notre alimentation et notre propre corps.

Dans notre ouvrage commun récemment paru (Le monde a-t-il un sens ?), mon ami Jean-Marie Pelt met bien en évidence que la vie est advenue et s’est perpétuée grâce à la coopération et à l’associativité. C’est l’être humain qui a introduit la dualité sur la terre. Il est urgent que nous sortions de notre vision fragmentaire pour retrouver la vision globale et sacrée, celle des peuples premiers.

Guillaume: Alors que l’attention est portée aux terres émergées comment protéger la mer et les océans, éloignés, mais pourtant vitaux ?

Pierre Rabhi : Que ce soit pour les mers, les océans ou les terres émergées, il est grand temps qu’une décision de politique internationale soit prise et décrète la planète et l’ensemble de ses ressources comme patrimoine vital, bien commun transmissible, à respecter et préserver impérativement.

Mais pour que cela soit efficace, il revient à chacun d’entre nous d’assumer ses responsabilités et d’opter pour la sobriété heureuse ou puissance de la modération. Notre insatiabilité produit des désirs jamais assouvis, une quête de « toujours plus » qui a fait de la croissance indéfinie un dogme, un précepte et un credo mondial. Au nom du superflu sans limite, nous surexploitons et épuisons nos ressources et donnons à quelques entreprises privées un droit d’accaparement de toute la nature. Nous assistons ainsi à un hold-up légalisé sur le bien commun et seuls les plus riches peuvent avoir accès à de l’eau pure et une nourriture saine. Or, cela devrait être un droit fondamental pour tous. La faim dans le monde n’est pas une fatalité ; les ressources planétaires, gérées avec conscience et modération, auraient de quoi nourrir l’humanité entière. Encore une fois, ce n’est pas le nécessaire qui manque mais la volonté de faire le nécessaire.

Brice : Si les espèces terrestres sont assez bien recensées, la biodiversité marine s’apparente encore à une Terra Incognita… pourquoi avoir délaissé nos fonds marins, berceau de la vie ?

Pierre Rabhi : Nous avons beau explorer le monde biologique, il semble que nous n’ayons pas su le comprendre fondamentalement. La planète est une et indivisible et nous avons bâti toute notre société en ignorant cette évidence pourtant vitale. De nombreux scientifiques ont exploré les fonds marins mais le foisonnement de vie y est si intense qu’il est insaisissable ! Nous tentons de découvrir la biodiversité, de la comprendre. Mais parallèlement, aussi loin que nous soyons allés dans la connaissance, nous demeurons toujours dans l’ignorance. Il nous faut admettre notre ignorance, et reconnaître par là que le mystère de la vie nous dépasse. Nous pouvons décrire et recenser les phénomènes mais pas l’essence de la vie ! Et cela ne doit pas nous exempter de respect. Pour moi, le mystère ouvre les portes de la poétique, de l’enchantement, de l’émerveillement devant l’intelligence incluse dans toute chose, de l’humilité et de la joie profonde.

Christelle : Pierre, mangez-vous du poisson ? Si oui, lequel ?

Pierre Rabhi : Oui, je mange toutes sortes de poissons mais avec modération. Je pressens que la vie se donne ainsi à la vie et que cela fait partie des fondements de la nature. Les peuples premiers savaient sacrifier les animaux qu’ils mangeaient avec une profonde gratitude et un sens du sacré. L’anomalie est de sortir de cette logique pour aller vers l’excès et la boulimie. L’industrialisation de l’agriculture a entraîne l’industrialisation de l’élevage, le tout pour alimenter des masses d’individus pris dans le cercle infernal de la démesure. Cette outrance et cette marchandisation du vivant sont responsables de l’éradication de milliers d’espèces sur des critères quantitatifs avec toujours la même obsession pathologique. Il y a dans ce comportement quelque chose de laid. Chacun est libre de choisir un régime végétarien ou non. Nous sommes de toutes façons tous pris dans divers compromis. Mais il me semble fondamental de prendre conscience de nos inconsciences et de retrouver un rapport sacré aux présents de la vie. Dans la réalité la plus objective, rien ne nous est dû, il nous appartient de considérer comme offrande d’amour les biens de la planète Terre.

Vivre ses émotions

 

Observes,

                          Acceptes, aimes, laisses vivre,

                                              Traverses,

                                                                                      Puis lâches, déposes,

               Oublies…

 

mer

 

           De la Danse,

j’ai appris que laisser vivre et exprimer ses émotions est un mouvement naturel, qui fait parti de la vie. J’ai appris que notre corps est le gardien de cette mémoire qui est inscrite en nous. J’ai appris à respecter l’intelligence du corps, qui sait, souvent beaucoup mieux que notre tête, ce qui est bon, ce qui est juste, ce qui doit s’exprimer et vivre…

           De l’Eau,

j’ai appris que la vie forme un tout constamment en mouvement, global, cohérent, vaste, qui nous dépasse, dont nous sommes partie intégrante et où nous pouvons choisir…d’être en résistance ou en acceptation. Nous pouvons choisir de vivre nos émotions en résistance, de « nager » à contre-courant ou de se laisser porter par le fluide.

Le cœur qui bat. Des étoiles dans le ventre. Une vague, qui va, qui vient, qui monte puis se retire. Un tremblement. Des frissons, des chaleurs. Intense, doux, piquant, serein, fébrile…

Chacun contacte ses émotions, ses eaux intérieures profondes en se reliant au ressenti du corps. Ses messages sont précieux, ils nous permettent de mettre à jour des blessures ou des aspirations profondes, des manifestations de notre enfant intérieur qui cherche à se faire entendre. Elles sont notre protecteur et nous guident vers ce pour quoi on vibre réellement dans la vie, ce qui nous rapproche de notre être intérieur ou au contraire ce qui nous en éloigne. Elles nous montrent là où justement nous pourrions nous sentir meilleur, ce vers quoi nous avons besoin d’expérience et de sagesse.

Elles nous rendent plus vivants, reliés les uns aux autres, et peuvent constituer un réservoir de création, de force insoupçonnées.

 

pina

Pour peu que l’on sache les écouter, les aimer et les honorer, quelles qu’elles soient !

 

Féminin & Masculin

Je souhaitais écrire depuis un moment sur cette thématique féminin/masculin qui m’est chère, et au détour de mes recherches, je suis tombée sur ce texte qui m’a touché et qui explique si bien ce jeu des polarités qui vit en nous.

Je le partage donc ici en préambule à mon article! (Texte de Julien Fihey, sur www.femininsacre.com)

couple sacre

Mon couple intérieur

Mon corps est une Demeure.
En moi cohabitent un homme et une femme.
Chaque jour, à chaque instant, ce couple cherche l’équilibre…

La femme qui vit en moi est consciente de ce que je suis profondément, de ma vraie Nature. Elle murmure à l’oreille de son homme les secrets de mon être : mes qualités, mes limites, mes envies sincères, mes aspirations…
Elle est reliée à tous les secrets du Vivant, sans notion de temps ou d’espace.
Elle sait.

L’homme qui vit en moi est à l’écoute de sa femme et exprime les connaissances qu’elle lui révèle.
Il sait comment adapter ce que je suis au monde extérieur car il est conscient de mon environnement et il a l’esprit d’analyse et d’adaptation.
Il agit.

Parfois, chacun d’eux oublie qu’il/elle ,n’est pas seul(e) à vivre dans cette demeure. Ils oublient parfois de se parler, ou choisissent de ne pas entendre l’autre.
Alors je ressens sans réussir à agir, ou bien j’agis sans savoir pourquoi, sans motivation profonde, sans respect pour ce que je suis réellement.

Mais lorsque tous les deux se retrouvent, se parlent et s’écoutent, j’accomplis de grandes choses car je suis relié à la Vérité, à ma Nature profonde. J’exprime et j’agis en conscience et en plein accord avec mon environnement.
Je suis sincère avec Moi-même, tout l’Univers s’accorde alors pour me laisser être ce que je choisis d’être.

yin yang nature

           L’énergie féminine et masculine…

est à l’intérieur de chacun de nous. L’image du yin et du yang est un symbole qui aujourd’hui nous parle bien quand il s’agit d’évoquer ces énergies complémentaires.

Sans rentrer dans le catalogue exhaustif et duel, il faut bien définir ce qu’on appelle « part féminine » et « part masculine ».

Alors pour moi, ce féminin intérieur s’exprime par notre pouvoir de création, d’inspiration, d’accueil, de bienveillance… L’image de la Terre-Mère employée par les cultures traditionnelles, les déesses et cultes au féminin sacré reflète bien cette énergie: chaleur, obscurité, rondeur, magie de la création, intériorité, silence, contemplation…

Ce masculin intérieur s’exprime par le pouvoir de la mise en mouvement, la protection et le déploiement de son féminin/ de son intériorité/de sa nature profonde,…on peut imaginer un chevalier, un guerrier pacifique agissant pour soi et le bien commun au nom de valeurs importantes pour notre féminin intérieur, pour notre âme…

L’un peut aller sans l’autre, l’un peut rentrer en conflit avec l’autre, mais lorsque l’un entre en contact, en complémentarité, en symbiose avec l’autre alors opère la magie de la création, de l’équilibre et de la réalisation.

Attention, je ne parle pas d’hommes et de femmes, mais de féminin et masculin à l’intérieur de chaque être humain qui grandit vers son union personnelle.

Un exemple: j’ai une idée qui me vient à l’esprit, ma part féminine s’exprime en recevant, en écoutant, en accueillant cette idée. Je prends mon stylo pour la noter, ma part masculine agit, en mettant en acte, en matérialisant, en incarnant cette part féminine.

Aujourd’hui, à cette époque où l’humain prend de plus en plus conscience qu’il doit prendre sa place dans la Vie, pour son bien-être (pour ne pas dire sa survie…) et celui des autres êtres vivants et de la planète Terre; à cette époque où l’on aspire à une plus grande équité qu’elle soit financière, sociale, culturelle, humaine…rétablir « sa » propre équité, faire la paix et réunir ses propres principes féminins et masculins me semble juste et beau.

Tout ce qui est à l’intérieur est à l’extérieur, tout ce qui est à l’extérieur est à l’intérieur

D’énormes disparités, injustices et violences sont à l’oeuvre entre humains, entre hommes et femmes, entre les différents règnes du vivant (minéral, végétal, animal, humain…), envers la planète Terre qui nous porte…

Interrogeons-nous alors sur notre rapport à l’intériorité, sur notre façon de voir, de penser, comment rêvons nous le monde? Prenons-nous le temps d’observer, de se laisser inspirer, d’écouter son coeur, d’accueillir nos angoisses, nos doutes, nos peurs? Agissons-nous en accord avec notre petite voix intérieure, osons-nous la suivre et lui faire confiance? Prenons-nous soin de notre Terre, de notre Nature intérieure?

L’énergie masculine non guidée par notre féminin intérieur prend souvent « son épée », sa force d’action, de façon éparpillée, disproportionnée, sans véritable « sens » et au service de son égo/personnalité plutôt que de son coeur/âme, souvent au service de ses peurs et préjugés… ou démissionne et reste passif et manipulé à ce qui se passe autour de lui…Interrogeons-nous alors sur notre pouvoir personnel? En sommes-nous conscients? Qu’en faisons nous? Que sert-il dans nos agissements, dans nos non-agissements?

Nous créons notre réalité, intérieure et extérieure, ensemble, tous les jours et à chaque instant

L’humanité arrive à un seuil et l’évolution planétaire a grandement besoin que nous réunissions ces principes complémentaires et créions notre monde, notre « paradis sur terre » en conscience, respect et amour avec la vie, sous toutes ses formes.

la-terre-entre-nos-mains

La vibration Arc-en-Ciel

 

 

pont arc en ciel

 

L’ Arc-en-Ciel fait partie de ces réalités que nous côtoyons, dans la Nature, et qui ne cesse de réveiller en moi, à chaque observation, l’émerveillement et la joie.

Lorsque la lumière se laisse voir par ce jeu subtil de pluie et de soleil, le temps s’arrête. Je me fais alors l’observatrice amoureuse de la magie, de la beauté, et de l’intelligence alchimique de la Vie.

Et puis un jour, je canalise une énergie au rayon Arc-en-Ciel. La vie ne cesse de m’étonner. Moi qui me suis tant émerveillée de ce phénomène en l’observant de l’extérieur voilà qu’une douce vibration énergétique aux couleurs de l’arc-en-ciel traverse mon cœur, mes mains, les cellules et corps subtils. On m’invite à expérimenter l’arc-en-ciel dans mon corps, dans mes ressentis, de « l’intérieur », et d’en transmettre sa vibration.

Alors je tente ici de poser quelques mots sur cette expérience qu’il m’est donné de vivre au travers de la canalisation de cette énergie de guérison.

 

coeur eauAu coeur de Soi, au coeur de la Terre, au coeur du Ciel

La vibration énergétique de l’arc-en-ciel

Douce, chaleureuse, puissante, elle se relie au Cœur. De cette vibration émane un amour inconditionnel, universel, à l’image de cette diversité de couleurs qui fusionnent pour ne former q’Un : la lumière. Dans l’aura et le corps physique, elle vient équilibrer, harmoniser, purifier ces zones d’ombres, de non-amour et de non cohérence avec la Vie qui sont engrammées en nous et se manifeste au travers d’émotions, de douleurs, de conditionnements créés ou hérités tel qu’ils soient.

L’énergie arc-en-ciel tient sa force de son pouvoir d’unité, de ré-union dans la diversité : les septs vibrations-couleurs qui la compose lui permettent d’agir à différents niveaux de conscience, et cela simultanément. Une mémoire inscrite dans l’eau cellulaire du corps physique, puis dans les six autres corps énergétiques, peut ainsi être traitée sur tous les plans concernés. Chaque partie est « réaccordée » les unes par rapport aux autres, pour former un ensemble-vibration harmonieux.

J’ai souvent l’image d’une source vive qui me vient, cette eau matricielle, cette eau qui nous constitue et qui fait notre essence. Je dirais que l’énergie arc-en-ciel vient toucher notre source intérieure et ré-ouvre, remet en lumière et en mouvement, par son action purificatrice et profondément aimante, un champ des possibles cloisonné jusqu’alors.

 

énergie arc en ciel

 

Et pour le reste…je laisse l’intelligence du corps et du ressenti prendre sa place et mener l’énergie où elle est appelée par la personne qui la reçoit au moment du soin.

Le Cercle de Vie

Mere_Terre

 
Dans le ventre de la mère, dans le ventre de la Terre.
Le cercle, c’est de cette forme, que naît, croît, se déploie puis re-naît la Vie.
Sous une autre forme, en perpétuelle évolution, à l’infini…

           La logique du cercle

Nous occidentaux, héritiers de la pensée moderne rationnelle, héritiers des conditionnements religieux, observons, pensons et agissons dans le monde selon un principe linéaire. Le temps et l’espace ne sont pas infini, le mouvement de la Vie s’effectue d’un point A à un point B de façon chronologique.Un début, une fin. Un objectif, un résultat. Un avant, un après. Un bas, un haut. Un inférieur, un supérieur etc…

La nature, les sociétés traditionnelles qui vivent en coopération avec elle, les découvertes de physique récentes (fractalité, théorie du champ unifié…), nous enseignent que tout se passe au travers d’un mouvement circulaire et cyclique , tout début est une fin, toute fin est un début. La vie est rythmée par des cycles, qui se reproduisent mais sont chaque fois différents, créateur d’une évolution en spirale.

Le cercle, dans sa forme sacrée, peut être un outil merveilleux de sagesse entre les Hommes. A l’intérieur, le rapport au monde et les rapports de pouvoir s’en trouvent profondément transformés car dans le cercle de Vie:

– chacun est à équidistance du centre, et est égal à tout autre être le composant, ni devant, ni derrière, juste sur le même plan. La parole, la présence, l’inspiration et l’action de chacun a la même valeur et est respecté car cela est au fondement du fonctionnement cyclique de Vie.

– chacun est présent dans son centre intérieur, à sa juste place. Cela implique que chacun se mette en chemin vers soi-même, vers sa nature profonde et sache qui il/elle est et représente dans le cercle. La diversité des êtres, la présence « originale » fonde la créativité, la beauté et la richesse du cercle de Vie.

– chacun dans son autonomie, dans sa présence est responsable du cercle de Vie.

Peut ainsi germer coopération et altruisme au service de Soi, de la Vie, de la Terre et de l’Univers.

cercle

           J’ose espérer…

que nous nous inspirions dans un avenir certain de cette façon de regarder et d’agir en tant qu’humain, debout, les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles, afin de suivre le battement de coeur infini qu’est la Vie.

J’ose espérer…

que nous puissions créer un monde où les différences et l’originalité de chacun soient valorisés et servent au bien commun, à l’humanité et à la planète Terre dans le respect et l’amour du principe de Vie.

J’ose espérer…

que nous réalisions cette transition de l’égo-système à l’éco-système, tous ensemble!

L’énergie, source de Vie

           Le principe d’énergie

l’énergie est une force vibratoire qui met en mouvement la Vie. Elle circule librement partout autour de nous et de façon subtile. Elle est connue depuis la nuit des temps. Observée, contactée et utilisée par les médecines traditionnelles du monde entier.

Elle est palpable au ressenti et à certains appareils de mesure (pendule, baguettes, appareils quantiques …).

           Les chakras 

Le chakra, qui signifie « roue » en sanskrit, est une porte énergétique qui permet à l’énergie du Ciel et de la Terre / de l’Univers de circuler en nous.

Cette respiration énergétique nourrit les différents corps dont nous sommes constitués qui enveloppent notre corps physique.

Aujourd’hui nous connaissons 7 chakras principaux, en pole récepteur et émetteur:

chakras femme

– 7e chakra « coronal » : la connexion

– 6e chakra « 3e oeil » : l’intuition

– 5e chakra « gorge » : la communication

– 4e chakra « coeur » : l’amour

– 3e chakra « plexus solaire » : la confiance

– 2e chakra « sacré/sexuel » : le désir

– 1e chakra « racine » : l’ancrage

Il existe également de nombreux chakras intermédiaires, et 5 chakras en cours de r-éveil

Un chakra ouvert et propre favorise la libre circulation des énergies nourrissantes dont nous avons besoin pour vivre en santé. Les traditions orientales ont nettement développé la conscience et l’entretien de ces Roues par les pratiques méditatives, respiratoires et physiques.

           Les corps énergétiques

Chaque chakra est  la porte d’un corps énergétique qui compose notre être:

-le corps physique: véhicule de l’âme, c’est le corps des « racines » sur cette Terre: incarnation, matérialité, survie, famille.

-le corps éthérique: c’est le corps qui anime énergiquement le corps physique. c’est la force vitale, nos élans et aspirations dans la vie. c’est un corps très proche du corps physique qui forme une première enveloppe de protection immunitaire et organique.

-le corps astral/émotionnel: c’est le corps relié au plexus solaire, c’est notre façon de sentir le monde avec notre moi/égo/personnalité.

-le corps mental: c’est le corps des idées et sentiments, de la raison ou du coeur, qui gouverne notre façon d’aimer et de penser.

-le corps causal: c’est le corps de parole et de communication, c’est aussi un corps dépendant de nos expériences passées et futures qui conditionne/filtre notre façon d’aborder les expériences de la vie

-le corps spirituel: c’est le corps de l’extra-sensoriel, des intuitions et visions/projections sur soi et le monde

-le corps divin: c’est le corps de pleine conscience, c’est ce qui nous permet de sentir l’unicité et la reliance profonde de tout être à l’Univers.

Nettoyer et harmoniser nos corps énergétiques nous allège des blessures et mémoires, nous élève et nous aide à avancer plus libre, léger et avec confiance sur notre chemin de vie.